MONTEVIDEO

MONTEVIDEO




Pour les incultes: Montevideo est la capitale de l'Uruguay (moi-même, je ne le sais que depuis avant-hier).

Sujet :

Durant la Guerra Grande, au 19ème siècle, en Amérique du sud, les aventures du soldat français Cyprien Gaubertin qui découvre la guerre, l’amour et surtout la musique.

La Guerra Grande est la guerre qui a opposé l'Uruguay à l'Argentine de 1839 à 1851. De nombreux immigrants français et italiens se trouvent mêlés à ce conflit. L'un des points forts de ce conflit est le siège de Montevideo qui a duré dix ans.

Cette histoire (du moins le début) peut se dérouler sur n'importe quel conflit de 19ème siècle. J'y reviendrais.


Début de l’histoire :

Au début du conflit, l’armée uruguayenne de Rivera face aux troupes argentines de Oribe. C'est la panique pour les soldats de l'armée uruguayenne. Trois d'entre eux: le Français Cyprien Gaubertin et ses deux compagnons sont isolés. Ils tentent de regagner Montevideo, mais l'un d'eux est blessé. Ils se réfugient dans une riche demeure argentine et prennent leurs occupants: un vieux noble, sa jeune épouse, son bébé et les domestiques en otage, le temps que le blessé récupère.

Intentions :

A l'origine, il s'agissait de créer une histoire avec un dessinateur uruguayen sur la Guerra Grande et le siège de Montevideo. Je ne voulais pas d'un récit de guerre, plusieurs soldats qui se battent pour la liberté, leur patrie, etc... J'ai donc créé le personnage de Cyprien qui n'a aucune idéologie patriotique, qui suit un temps le mouvement comme ses compagnons, mais qui lorsqu'il se découvre une passion, se découvre en même temps un but dans la vie et décide donc de suivre sa propre voie et non celle de tout le monde.
Le siège de Montevideo est défendu par des volontaires. Evidemment tous les hommes sont volontaires, sinon, c'est mal vu. Cyprien va passer outre le regard et l'hostilité de ses compagnons...

La première partie est un huis-clos entre les habitants de la demeure et les soldats uruguayen. Cette partie devrait faire un album et peut se suffire à elle-même. Une suite est envisageable.


Depuis, j'ai perdu contact avec le dessinateur uruguayen; l'histoire peut donc s'adapter à d'autres conflits. Il faut y réfléchir.


Si jamais un dessinateur est intéressé, il peut jeter un coup d'oeil au:
Synopsis
ainsi qu'aux:
Découpages des premières pages